L’Ours en question, questions sur l’Ours

L’ours

đŸ» Combien sont-ils ? OĂč sont-ils ?

PrĂšs de 70 ours vivent actuellement dans les PyrĂ©nĂ©es (versants français et espagnol). Comme pour toute population sauvage, il est impossible d’en connaĂźtre prĂ©cisĂ©ment en permanence l’effectif et les localisations, mais il est certain qu’il n’y en aurait plus aucun aujourd’hui sans les lĂąchers rĂ©alisĂ©s depuis 1996.
Pour une information détaillée sur les effectifs et les localisations, cliquer sur le lien ci-contre =>

Tout savoir de la répartition des ours dans les Pyrénées
Tout savoir sur l’ours dans les PyrĂ©nĂ©es

đŸ» L’ours fait-il partie de la biodiversitĂ© pyrĂ©nĂ©enne ?

Oui, incontestablement. L’ours brun est prĂ©sent dans les PyrĂ©nĂ©es depuis 250 000 ans. C’est peu dire qu’il a eu le temps de s’y adapter… L’ours brun est donc un Ă©lĂ©ment incontestable de la biodiversitĂ© pyrĂ©nĂ©enne. À titre de comparaison, l’agropastoralisme s’est dĂ©veloppĂ© dans les PyrĂ©nĂ©es il y a 3 000 ans environ, le mouton n’ayant pas d’ancĂȘtre sauvage pyrĂ©nĂ©en, ni mĂȘme europĂ©en. Il descend du mouflon asiatique, domestiquĂ© il y a 10 000 ans environ.

đŸ» Et ailleurs ?

Toutes les populations d’ours d’Europe du Sud (Espagne, Italie, GrĂšce et France) sont rĂ©duites (entre 60 et 400 individus) et nĂ©cessitent des mesures de conservation. On trouve des populations plus importantes (plusieurs centaines Ă  plusieurs milliers d’individus) en Europe centrale (Croatie, Roumanie, Slovaquie, SlovĂ©nie
) et en Europe du Nord (Russie, Scandinavie).

Tout savoir sur l’ours en Europe

đŸ» La population actuelle est-elle viable ?

Non. Les ours prĂ©sents ne sont ni assez nombreux ni assez diversifiĂ©s gĂ©nĂ©tiquement pour se maintenir Ă  long terme. Pour viabiliser les deux sous-populations d’ours pyrĂ©nĂ©ennes, les experts prĂ©conisaient en 2013 de lĂącher 17 ours, dont 13 en PyrĂ©nĂ©es occidentales et 4 en PyrĂ©nĂ©es centrales. Depuis, seulement 3 ours ont Ă©tĂ© effectivement lĂąchĂ©s (2 femelles et un mĂąle).

Découvrez le Trombinoscope des ours des Pyrénées

đŸ» Comment Ă©volue le territoire de l’ours ?

La zone de prĂ©sence d’ours fluctue au fil des dĂ©placements, notamment des jeunes mĂąles. Il va pour l’essentiel du Couserans (AriĂšge) au BĂ©arn (PyrĂ©nĂ©es-Atlantiques) pour la partie française, et de l’Aragon au Pallars-Sobira (Catalogne) pour la partie espagnole. Cela reprĂ©sentait un peu + de 8 000 KmÂČ en 2020.

đŸ» Quelles sont les causes de la rĂ©gression de l’ours dans les PyrĂ©nĂ©es ?

Historiquement, c’est la chasse qui a dĂ©cimĂ© la population d’ours. Elle Ă©tait Ă  l’époque non seulement lĂ©gale, mais aussi encouragĂ©e par des primes. Les chasseurs qui parvenaient Ă  abattre des ours en tiraient un revenu consĂ©quent (vente de la peau, de la viande, de la graisse, primes, quĂȘtes…). De 1850 Ă  1914, de nombreux oursons ont Ă©tĂ© prĂ©levĂ©s pour les montreurs d’ours, cela a Ă©galement eu un impact significatif sur la population d’ours. La chasse Ă  l’ours a Ă©tĂ© dĂ©finitivement interdite en 1962, mais des ours ont Ă©tĂ© braconnĂ©s depuis. Tout cela a malheureusement conduit la population d’ours en deçà du seuil de viabilitĂ©, et les mesures de protection ont Ă©tĂ© trop tardives et trop timides pour enrayer le dĂ©clin… jusqu’aux premiers lĂąchers en 1996.

Vous voulez en savoir plus sur l’histoire des ours dans les PyrĂ©nĂ©es ?

Découvrez notre page dédiée !

đŸ» Comment l’ours se reproduit-il ?

L’ourse met normalement au monde 2 ou 3 oursons tous les 2 ou 3 ans. Il est arrivĂ© d’observer (jamais dans les PyrĂ©nĂ©es) des portĂ©es de quatre, et mĂȘme exceptionnellement cinq oursons. Les ours peuvent commencer Ă  se reproduire entre 3 et 5 ans. MĂąles et femelles ne se frĂ©quentent qu’en mai-juin, pour l’accouplement, et les oursons naissent en plein hiver, dans la taniĂšre maternelle. À la naissance, ils ne pĂšsent que 300 grammes, mais ils prennent environ quinze kilos par an pour peser, une fois adulte, 80 Ă  150 kg pour une femelle et 120 Ă  250 kg pour un mĂąle.

đŸ» Que mange un ours ?

Qu’il soit d’origine pyrĂ©nĂ©enne ou slovĂšne, l’ours brun est un omnivore opportuniste. Il glane le long de ses dĂ©placements tout ce qui peut le nourrir. L’ours connaĂźt bien son territoire et il sait oĂč et quand il trouvera des aliments trĂšs variĂ©s au fil de l’annĂ©e. C’est donc le milieu et les ressources du territoire qu’il frĂ©quente, bien plus que son origine gĂ©ographique, qui conditionnent la composition du rĂ©gime alimentaire de l’ours. Pas Ă©tonnant donc que les ours lĂąchĂ©s dans les PyrĂ©nĂ©es aient le mĂȘme rĂ©gime alimentaire que les ours d’origine pyrĂ©nĂ©enne, soit environ 80% de vĂ©gĂ©taux et 20% d’animaux (dont beaucoup de charognes et d’insectes).

đŸ» Les ours sont-ils nourris en SlovĂ©nie ?

En SlovĂ©nie, pays d’origine des ours lĂąchĂ©s dans les PyrĂ©nĂ©es, les ours vivent dans des conditions naturelles, comme dans les PyrĂ©nĂ©es. Ils trouvent leur nourriture par eux-mĂȘmes, dans un milieu trĂšs semblable Ă  nos forĂȘts. Mais, l’ours Ă©tant chassĂ© en SlovĂ©nie, ils sont appĂątĂ©s avec du maĂŻs Ă  proximitĂ© de miradors. Cette technique permet aussi de les compter, de les attirer vers les zones de capture afin de les Ă©quiper d’un Ă©metteur-radio ou pour un dĂ©placement vers un pays souhaitant restaurer sa population d’ours.

đŸ» Les ours s’approchent-ils des habitations ?

Oui. La nuit, en l’absence de toute prĂ©sence humaine, il arrive qu’un ours s’approche d’habitations, comme le font des cerfs ou des sangliers. Cela ne constitue pour autant pas un danger, l’ours fuyant Ă  la premiĂšre perception de prĂ©sence humaine.

đŸ» Quelles sont les causes de mortalitĂ© des ours ?

Un nombre important d’oursons meurent les deux premiĂšres annĂ©es, d’accident (chutes, noyade…), de faim, de froid, de maladie, tuĂ©s par un mĂąle adulte qui cherche Ă  s’accoupler avec leur mĂšre ou par d’autres prĂ©dateurs (carnivore, rapace). Devenu adulte, l’ours peut vivre « vieux », c’est-Ă -dire jusqu’à 25 / 30 ans. Il meurt parfois avant, d’un accident de chasse, d’une collision avec un vĂ©hicule (voiture, camion, train), voire exceptionnellement d’une chute ou enseveli par une avalanche.

đŸ» L’ours est-il dangereux ?

Pas particuliĂšrement. L’ours brun europĂ©en est mĂ©fiant et craintif envers l’homme. Il Ă©vite tout contact autant que possible. En cas de rencontre, l’ours cherche toujours Ă  fuir. S’il se dresse sur ses pattes arriĂšres, ce n’est pas un signe d’agressivitĂ©, mais une position lui permettant de mieux identifier ce qui approche grĂące Ă  son odorat. Comme pour toutes les espĂšces de grande taille, sauvage ou domestique, la prĂ©sence de petits (oursons, veaux, poulains 
) doit inciter Ă  une prudence particuliĂšre.
Depuis les premiers lĂąchers, on note quelques cas de charges d’intimidation de la part de femelles protĂ©geant leurs petits, mais aucune attaque.
La derniĂšre attaque d’un homme par un ours dans les PyrĂ©nĂ©es remonterait Ă  1850.

đŸ» Que faire en cas de rencontre ?

Rester calme ; ne surtout pas chercher Ă  l’effrayer, ce qu’il interprĂ©terait comme une agression ; se manifester calmement s’il ne vous a pas repĂ©rĂ© ; s’éloigner sans courir en lui mĂ©nageant un chemin de fuite.
Les anciens conseillaient aux enfants de parler Ă  l’ours, en Ă©tant poli avec lui afin de ne pas l’offenser. Ces conseils restent pertinents, en ce qu’ils impliquent calme et respect.

đŸ» Qui est responsable en cas d’attaque sur les troupeaux ?

Les animaux sauvages n’appartenant Ă  personne, personne en particulier n’est responsable de leurs agissements. Le fait que des animaux soient rĂ©introduits ne change rien Ă  leur statut juridique. Si l’État a dĂ©cidĂ© d’indemniser les dĂ©gĂąts des ours faits aux troupeaux alors qu’il n’y est pas obligĂ©, c’est afin de favoriser la cohabitation Ă©levage – ours.

đŸ» L’ours brun est-il menacĂ© en Europe ?

Oui. Au cours de l’AntiquitĂ©, l’ours brun peuplait la quasi-totalitĂ© de l’Europe. Au cours du seul vingtiĂšme siĂšcle, les territoires occupĂ©s par les ours se sont rĂ©duits de 80%. De nombreuses populations sont rĂ©duites, voire fragiles : Autriche, Espagne, Italie, GrĂšce, France… Chaque pays abritant encore des ours est responsable devant l’HumanitĂ© et les gĂ©nĂ©rations futures de la conservation de l’espĂšce. La France, souvent prompte Ă  donner des conseils aux autres, ne peut ainsi se soustraire Ă  cette responsabilitĂ©.

đŸ» Quel est le statut juridique de l’ours ?

L’ours brun est une espĂšce protĂ©gĂ©e, c’est- Ă -dire que la destruction, la naturalisation, le transport, le commerce
 mais aussi la mutilation et le dĂ©rangement d’ours, sont interdits. Plusieurs textes internationaux imposent Ă  la France de conserver une population d’ours viable, notamment la Convention de Berne et la Directive europĂ©enne « Habitats, faune, flore ». La France n’a pas le choix : elle doit sauver l’ours dans les PyrĂ©nĂ©es.

đŸ» N’aurait-il pas mieux valu conserver l’ours d’origine pyrĂ©nĂ©enne ?

Bien sĂ»r ! Mais la politique de protection fut bien trop tardive et trop molle pour cela. Quand les premiĂšres actions de protection ont Ă©tĂ© mises en Ɠuvre, au dĂ©but des annĂ©es 80, la population Ă©tait dĂ©jĂ  trop faible pour se maintenir Ă  long terme… À l’époque, les associations Ă©taient bien seules Ă  militer pour sauver l’espĂšce. Certains qui prĂ©tendent aujourd’hui ĂȘtre favorables Ă  la protection de l’ours pyrĂ©nĂ©en (mais contre les lĂąchers d’ours venus de SlovĂ©nie) Ă©taient en vĂ©ritĂ© bien silencieux quand il Ă©tait encore possible de les sauver …

đŸ» Comment sont suivis les ours ?

<