Le matériel

Lors de la capture dans le pays-source, les ours sont équipés d’un double système d’émetteur répondant à des objectifs différents :


Collier GPS/GSM

Il s’agit d’un émetteur-récepteur qui permet de localiser l’animal par le réseau de satellites GPS. Les données, enregistrées dans une mémoire au sein du collier, sont ensuite transmises à intervalles réguliers (définis par le programmateur) à un ordinateur. Cette transmission se fait par le réseau de téléphonie mobile GSM, sous forme de message SMS qui indiquent les coordonnées de localisation, diverses informations liées à l’activité de l’animal (animal actif/inactif, température corporelle...).


Émetteur VHF intra-abdominal

La pose de cet émetteur nécessite une opération chirurgicale réalisée par un vétérinaire. Cette technique a déjà été utilisée à 2 reprises dans les Pyrénées. Elle est régulièrement réalisée en Scandinavie sur 3 espèces de grands carnivores (entre 1995-1997, 19 ours bruns, 49 gloutons et 13 lynx ont été équipés de ce type d’émetteur). A ce jour, aucun effet négatif lié à la présence de cet émetteur n’a été constaté sur tous les individus équipés. La durée de vie de ce type d’émetteur est estimée à 36 mois d’après le constructeur Telonics, sous réserve que l'animal ne l'enlève pas (comme Sarousse en septembre 2006).

Ce système d’émetteur émet en permanence et permet donc de localiser en continu directement sur le terrain l’animal par triangulation. Il peut donc être utilisé dans des cas particuliers de gestion sur le terrain de situations à problèmes (surveillance d’un troupeau régulièrement attaqué, ours anormalement familier...). 


La durée de vie de ces émetteurs dépend essentiellement de la fréquence de localisation programmée et de celle des téléchargements des données. Il est prévu une programmation qui permette une durée de vie des batteries d’au moins un an. Ce système de suivi n’a pas vocation à fournir des localisations instantanément aux observateurs puisqu’elles sont obtenues en différé. Par contre, il doit permettre, grâce au suivi régulier et précis, d’analyser par la suite de nombreux aspects du comportement des ours réintroduits (déplacements jour et nuit, utilisation et sélection de l’habitat, comportement spatial, site de tanière).