Goiat, le vagabond


Le 6 Juin 2016, l’ours Goiat foulait le sol pyrénéen pour la première fois.


Dans le Pallars, où il a été introduit, Goiat signifie «jeune».

Le lâcher de ce mâle de 10 ans en Catalogne est la conclusion d’une réflexion menée en Espagne sur la nécessité de remplacer le vieux mâle dominant Pyros. C’est dans le cadre du programme européen "Piroslife" que cet ours de 205kg a rejoint la population ursine des Pyrénées Centrales.

Il est équipé d'un collier GPS et d'émetteurs auriculaires qui permettront de le suivre pendant deux ans environ, jusqu'à épuisement des batteries.
Ensuite, il fera l'objet d'un suivi classique par recherche d'indices (traces, crottes, poils ...) et analyses génétiques.

Dans les deux semaines suivant son lâcher, Goiat a effectué de nombreux kilomètres  (57  km  à  vol  d’oiseau  Est-Ouest,  données GPS) à la découverte de son nouveau  territoire. 

Sur le versant français, il a séjourné sur la commune de Seix (09) puis, après avoir traversé rapidement la vallée de Montgarri et le Val d’Aran, il s’est installé quelques jours dans la vallée du Louron (65) avant de retourner sur ses pas, traversant à nouveau la Barousse et la Vallée de la Pique.
Aperçu dans la vallée de Luchon, le 16 Juin 2016, il a ensuite été photographié par les pièges photos en Val d’Aran.

Trois mois après son lâcher, Goiat continue d’explorer son nouveau territoire. Localisé quotidiennement par son collier GPS, il semble fréquenter plus particulièrement les vallées du Louron et de la Barousse, en Hautes Pyrénées.

Espérons que le printemps venu, Goiat se rapprochera du noyau central et des femelles pour participer à la reproduction.

Goiat
©Consehl Generau d’Aran