Une actualité

Dégâts d'ours en Ariège : hormis un dérochement exceptionnel, la situation est stable

17-08-2017 - 11:51
Hormis le cas du dérochement exceptionnel du  16/17 juillet dernier (209 brebis), les dégâts imputables à l'ours au 16 août sont donc de 89 ovins (4 béliers, 28 agneaux, 57 brebis), soit un chiffre habituel, la majorité des troupeaux concernés n'étant pas protégés.


Dégâts d'ours en Ariège : hormis un dérochement exceptionnel, la situation est stable

Au 16 août 2017, les chiffres officiels font état pour l'Ariège de  :
  • 59 attaques imputables à l'ours pour un total de 266 brebis, 28 agneaux et 3 béliers
  • 25 expertises en cours représentant 29 bêtes ;
  • 47 expertises concluant à une cause de mortalité indéterminée (ne permettant donc pas de mettre l'ours en cause) représentant 79 ovins, 2 équins et 5 bovins ;
  • 4 expertises négatives, excluant formellement la responsabilité de l'ours.

Hormis le cas du dérochement exceptionnel du  16/17 juillet dernier (209 brebis), les dégâts imputables à l'ours au 16 août sont donc de 89 ovins (4 béliers, 28 agneaux, 57 brebis), soit un chiffre habituel, la majorité des troupeaux concernés n'étant pas protégés.

La pression actuellement exercée par le lobby agricole n'a d'autre but que de forcer l'Etat à indemniser les mortalités indéterminées "au bénéfice du doute", alors que rien ne permet de mettre l'ours en cause.

Il ressort de tout ça que l’ours a bon dos, et que certains souhaitent détourner l’indemnisation « au bénéfice du doute » en une assurance « tous risques ».

On peut comprendre qu’un éleveur cherche à être indemnisé et malheureusement le seul moyen de l’obtenir est de mettre l’ours en cause car c'est la seule cause de mortalité systématiquement indemnisée. Mais la répétition de ces abus met en péril le système d’indemnisation qui ne pourra perdurer ainsi longtemps.

Il ne restera peut être plus pour longtemps le système d’indemnisation le plus rapide, le plus complet et le plus généreux d’Europe, ce qu’il est actuellement.
Ce jour là, c’est l’ensemble des éleveurs, particulièrement ceux qui font l’effort de protéger leur troupeau, qui pâtira des abus et de l’attitude irresponsable de quelques-uns.

D’année en année, la population d’ours augmente mais pas les dégâts, grâce au développement progressif des moyens de protection (gardiennage, regroupement nocturne, chiens de protection). En moyenne, moins de 200 ovins sont tués chaque année par l’ours sur l'ensemble des Pyrénées.

Rappelons que sur les 570 000 ovins présents dans les Pyrénées, 18 000 à 30 000 brebis* meurent chaque été de chutes, de la foudre, de maladies, du manque de soin, de prédation par les chiens, les asticots etc.
Le dérochement exceptionnel de juillet fera tout au plus passer la part de l'ours dans la mortalité globale de 1 à 2% en 2017

* chiffres donnés par la profession agricole



Ensemble, sauvons l'ours dans les Pyrénées. Adhérez et/ou faites un don à Pays de l'Ours - Adet